Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/05/2013

L'école de la deuxième chance, c'est du concret!

 

Vous êtes en charge du dossier des Ecoles de la Deuxième chance dans la région, quel est le bilan, après trois ans de fonctionnement de cette école de la deuxième chance biterroise ?

Il est plus que bon puisque le taux de sortie positif est de 77 %, contre 63 % en région et 58 % au niveau national.
À Béziers, la Région finance 70 parcours de huit mois chaque année. Mais le principe de suivi à la carte fait que certains jeunes peuvent trouver un emploi ou une formation plus tôt et permettre ainsi à un autre jeune de bénéficier de cette seconde chance. Pour le Conseil régional, qui consacre chaque année 3,5 M€
à ses huit écoles, dont 310 € par mois à chaque stagiaire, c’est un effort conséquent, mais c’est du concret.

Vous accordez un label à chaque école. Celui de Béziers va-t-il être renouvelé ?

Nous arrivons au bout de la première convention de quatre ans, elle devrait être renouvelée lors du prochain appel d’offres. Nous sommes la seule région à fonctionner sur ce modèle. Même si nous venons d’intégrer
le réseau national, ce qui a nécessité un travail important pour se conforter au cahier des charges.
Ce qui n’empêche pas à chaque école de conserver sa spécificité.

Par exemple pour celle de Béziers ?

En plus du travail effectué avec chaque stagiaire, nous proposons des ateliers spécifiques. À Béziers,
il y a ainsi un jardin biologique situé à Montflourès, de même qu’un atelier de petite mécanique où chacun peut réparer un vélo, un scooter, afin de s’autonomiser. Les travaux manuels font aussi partie du parcours. Lorsqu’ils ont refait les salles de cours, les élèves ont développé des comportements professionnels.

Comment intègre-t-on l’école de la deuxième chance ?

Cela passe par une convention, essentiellement avec les missions locales, mais aussi Pôle emploi
ou les structures d’insertion. Nous accueillons tous les jeunes sortis depuis au moins six mois du système scolaire sans diplôme professionnalisant, sans qualification et ayant de réelles difficultés d’insertion sociale et, ou professionnelle.

Midi Libre

Les commentaires sont fermés.