Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/09/2012

La Région s'occupe de Béziers !

les-deux-elus-regionaux-dressent-la-liste-des-aides-au_445246_510x255.jpg

C’est un inventaire à la Prévert. Dressé pour montrer que, "contrairement aux idées reçues, la Région aide Béziers", plaident Karine Chevalier et Claude Zemmour.

Les deux Biterrois élus du conseil régional ont décidé, à l’heure de la rentrée, de faire un bilan très localisé de leur action à (presque) mi-mandat. Lançant en préalable que "sous l’ère Blanc-Couderc, la somme allouée à Béziers, c’était 50 M€ sur un mandat. Georges Frêche était passé à 110 M€". Pour la polémique, ils ajouteront que pour travailler ensemble, "il faut être deux. Et les seuls dossiers que dépose la Ville et l’Agglo sortent de nos champs de compétence".

Pour montrer l’étendue de l’action de la Région, les deux élus abordent d’abord l’Éducation, puisque définie comme prioritaire. "Le lycée de Sérignan est le 9e construit depuis 2004. Il permettra de désengorger Henri-IV et Jean-Moulin et ce ne sera pas du luxe. Henri-IV sera aussi bientôt agrandi, grâce à l’achat de l’hôtel Laguarrigue qui permettra peut-être de proposer des classes “prépa” donc de renforcer la qualité de l’enseignement".

Passons sur LoRdi ou les aides aux apprentis, qui ne sont pas spécifiques à Béziers. Plus la reconstruction de l’Institut consulaire de formation. "Et c’est dans le Biterrois, dans ce bassin d’emploi qui manque de qualifications, que nous allons lancer le dispositif Cap Métier". Destiné aux adultes de plus de 25 ans, il permettra d’orienter vers des organismes de formation et, au final, vers l’emploi.

Au rayon des transports, Claude Zemmour et Karine Chevalier évoquent avec fierté le TER à 1€, bientôt déployé (en décembre) sur la ligne Béziers-Bédarieux, "qui fonctionnement normalement", disent-ils - ce que démentent les syndicats. "Ce sera ensuite généralisé à toute la région, cela permettra de la mobilité et rendra du pouvoir d’achat." Quant au fameux TGV, peu leur importe l’emplacement de la future (éventuelle) gare, "l’important, c’est d’avoir la ligne, et cela passera pas une mobilisation de toutes les collectivités".

La Région a déjà promis d’y aller, financièrement parlant s’entend, comme elle a validé le fait que les ateliers de Béziers rénoveront le train jaune, "soit 115 emplois sauvés... Voire d’autres de créés".

Les deux élus parlent encore de logement (2,5 M€ pour la construction de 741 logements sociaux), de développement économique (création d’un parc d’activités sur l’aire de La Domitienne), d’aides aux communes (avec une longue liste de subventions sur des projets divers), aux clubs sportifs (ASBH, Angels...), à la culture, etc. Suffisant pour tordre le cou aux idées reçues ?

Midi libre

Commentaires

Baillargues Le maire reconnaît ne pas payer de taxe d’habitation depuis cinq ans
EVE-MARIE LOBRIAUT
16/09/2012, 06 h 00
6 réactions
Jean-Luc Meissonnier renvoie ses adversaires au secret fiscal.
Jean-Luc Meissonnier renvoie ses adversaires au secret fiscal. (© D.R)

Depuis cet été, la ville de Baillargues est agitée par une polémique urticante. En août, un journaliste (1) a affirmé que le maire, Jean-Luc Meissonnier, tentait d’échapper aux impôts locaux et qu’il ne payait ni taxe d’habitation ni taxe foncière ! Une info explosive et du pain béni pour l’opposition, à 17 mois des municipales.

Ainsi, lundi soir, à l’occasion du conseil de rentrée, l’opposition avait bien l’intention de pousser le maire à s’expliquer publiquement sur cette (in) délicate affaire.Sauf que ce n’était pas le plan de Jean-Luc Meissonnier, décidé à manœuvrer à sa façon.

C’est donc un conseil municipal un brin surréaliste qui s’est déroulé à Baillargues, avec un chef de l’opposition, José-Raymond Martinez, fébrile, et un maire, martial.

Pour Jean-Luc Meissonnier les impôts c'est privé

Ce dernier, afin de tuer dans l’œuf toute possibilité pour Martinez d’aborder le brûlant sujet des impôts, a fait lire le règlement intérieur du conseil, limitant l’opposition à 5 minutes d’expression et uniquement sur des points ayant trait à l’ordre du jour. Ambiance.

En fin de conseil, il a refusé que José-Raymond Martinez lise l’intervention qu’il avait soigneusement préparée, lançant : "c’est une affaire privée, mais si vous le souhaitez, annexez votre texte au procès-verbal, il ira directement à la préfecture !" Et c’est avec la même fermeté qu’il a enjoint les journalistes à le retrouver dans son bureau s’ils souhaitaient "plus d’explications..." Du jamais vu.

Une maison en construction

C’est à huis clos, aux côtés de son avocat, que Jean-Luc Meissonnier est revenu sur l’affaire des impôts. S’il confirme qu’il ne paie pas de taxe d’habitation depuis cinq six ans, en revanche il conteste l’idée qu’il essaierait de s’y soustraire. "Ma maison est toujours en construction (sur un vaste terrain, au nord du village, le long de l’autoroute, NDLR), je vis dans des mobile-homes qui ne sont pas soumis à taxe d’habitation car on peut les bouger. Mais je paie ma taxe foncière (il ne précise pas laquelle, NDLR) et il est faux de dire que je ne laisse pas les agents du fisc entrer chez moi..."

S’il affirme avoir en sa possession toutes les preuves de sa bonne foi, le maire ne veut pas les montrer... assurant avoir besoin "de cartouches" pour le procès en diffamation qu’il souhaite mener contre le journal montpelliérain et "contre tous ceux qui reproduiraient les informations de ce journal". Une procédure qui devrait durer "entre un an et demi à deux ans" selon son avocat. Soit à peu près la durée de la campagne des municipales.

L’opposition, choquée, ne désarme pas

Jean-Luc Meissonnier a donc sorti l’artillerie lourde mais il n’est pas certain que ses explications suffisent à désarmer ses détracteurs. Car dire que José-Raymond Martinez était furax à la fin du conseil est un doux euphémisme... "Je n’ai jamais vu ça, comment a-t-il pu nous bâillonner ainsi ? J’ai le devoir de faire la lumière sur toutes ces mises en cause du maire et il n’y échappera pas. On est en plein cœur de ce qu’est le patriotisme, mettre un drapeau bleu blanc rouge sur sa maison ça ne veut rien dire, mais payer ses impôts, oui ! Les explications qu’il donne sont choquantes : ses mobile-homes sont posés depuis 2006 dans sa propriété, il ne peut pas dire qu’ils sont encore mobiles (et donc exempts de taxation, NDLR) !"

Il n’est pas le seul à enrager. D’autres habitants sont scandalisés et nullement convaincus par les explications du maire. Le climat de défiance est tel que certains Baillarguois invitent les contribuables de la ville à consulter le revenu cadastrable de Jean-Luc Meissonnier en mairie et à aller sur Google earth pour juger eux-mêmes de l’avancée des travaux dans la propriété du maire.

La question des impôts a toujours le don de rendre les gens un peu irritables...

(1) Article publié dans la Gazette du 26 juillet.
PATRICK LEO PAUL BISOU A BIENTOT

Écrit par : PATRICK | 16/09/2012

Bonjour,

Pourquoi je ne voterai pas pour le traité européen Par BARBARA ROMAGNAN Députée PS du Doubs. Une tribune publiée dans Libération le 16.09.2012

Députée socialiste, nouvelle venue à l’Assemblée nationale, c’est après beaucoup d’hésitations que je ne voterai pas le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), la «règle d’or», qui va être soumis au vote des parlementaires. Une telle position – que je partage avec plusieurs député-e-s du groupe socialiste – mérite évidemment quelques explications que je dois aux socialistes, mais aussi aux électeurs qui m’ont fait confiance en juin. Il s’agit en effet d’un choix important et grave. Il n’y a rien de plaisant à se retrouver minoritaire dans le vote d’un texte présenté par sa majorité au risque de sembler vouloir s’en démarquer./..

http://partidegauche34.midiblogs.com/archive/2012/09/17/b-romagnan-deputee-ps-du-doubs.html

Bonne lecture à toutes et à tous.

Lolo34

Écrit par : Lolo34 | 17/09/2012

Les commentaires sont fermés.