Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/05/2012

Jour de fête !!

En plus du fait que je sortais hier enfin de l'hosto, ma journée a été illuminée par la belle annonce du dégagement de Martine Aubry !

Enfin une bonne nouvelle! Quand on se souvient la manière dont elle s'est emparé du Parti à Reims, quand on voit avec quelle constance elle a dénigré François Hollande, l'affublant de tous les noms d'oiseaux, quand on se rappelle comment à la fin de la primaire elle a tapé sous la ceinture, donnant du grain à moudre à la droite, on ne peut que se réjouir de cette fin de course...

Et que dire de son action néfaste dans le Languedoc Roussillon et dans l'Hérault!

scorpion_006.gifNous n'oublierons pas qu'elle a tout fait pour nous faire perdre la Région en 2010 en retirant l'investiture de notre liste menée par Georges Frêche et votée par les militants, qu'elle nous a fait exclure du PS, qu'elle a monté contre nous une liste dite socialiste avec Mandroux (qui a fait le brillant score de 7%) , qu'elle a cassé la fédération socialiste de l'Hérault en la mettant sous tutelle de façon illégitime, qu'elle a privé de vote les militants pour les investitures aux élections législatives , et je pourrai continuer ad nauseam encore l'énumération de ses méfaits!!!

Alors, au revoir Martine! Tu avais dit  en devenant première secrétaire qu'à Solférino, même les chiottes ne marchaient pas . Tu vas pouvoir désormais te consacrer pleinement à celles de Lilles !! 

 

Commentaires

Je croyais Nicolas Sarkozy définitivement parti mais le voilà déjà revenu place Beauvau en la personne de Manuel Valls, son clone "socialiste". Il est vrai qu’avec Valls, "le mot socialiste ne veut plus rien dire" (1).

(1) « "Le mot socialiste ne veut plus rien dire", selon Manuel Valls » in Libération avec AFP, 10 juin 2009.
http://www.liberation.fr/politiques/0101573124-le-mot-socialiste-ne-veut-plus-rien-dire-selon-manuel-valls

Écrit par : Opsomer | 17/05/2012

Et bien dans l’attente de liste complète, je suis déjà satisfait de la nomination de Jean Marc Ayrault... et aussi de la non participation de Martine Aubry........................
mais si François Hollande veut vraiment incarner le changement, alors sans doute doit-il faire avec les nouvelles têtes montantes du PS (Valls, Montebourg...) et pas avec ceux qui furent déjà aux commandes...
Je pense aussi que ce n’est pas forcément l’entente cordiale entre les deux et, dans la situation difficile où il prend le pouvoir, Hollande va avoir besoin d’une équipe soudée autour de lui... D’une équipe qui rame dans le même sens.
bonne soirée a tout les camarades

Écrit par : patrick | 17/05/2012

On ne peut pas dire qu'au cours des cinq dernières années, Valls fût l'incarnation du socialisme, bien au contraire ! Souvenez-vous de ses prises de position vis-à-vis de la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy dont il se félicitait avant de tenir un discours exactement inverse à l'approche des élections présidentielles. D'ailleurs, vous souvenez-vous de ses propos à l'égard de François Hollande, alors premier secrétaire du PS, en 2008 (1) ? Vous rappelez-vous qu’avec Valls, "le mot socialiste ne veut plus rien dire" (dixit ses propres termes après l’échec aux élections européennes en juin 2009) ? Enfin, quid de sa proximité avec Alain Bauer, "conseiller spécial police" de Nicolas Sarkozy ?

(1) "Valls réclame le départ prochain de Hollande" in Le Nouvel Observateur, 13 juin 2007.
http://tempsreel.nouvelobs.com/elections-2007/20070613.OBS1635/valls-reclame-le-departprochain-de-hollande.html

Écrit par : Opsomer | 17/05/2012

Martine AUBRY vas permettre à la Droite de gagner les législatives, c'est sûr, vu la mise à l'écart qu'elle subit de la part de " Moi Je ". La cohabitation me semble inéluctable car les électeurs trompés par les incantations du candidat socialiste qui disait sans cesse que, je cite : " le changement c'était maintenant " vont réaliser qu'on leur a vendu du rêve et qu'ils gardaient les pieds sur terre.

Concernant notre circo, vu la prolifération de candidats de Gauche, notre Député aura sans nul doute de très grandes chances de gagner face au candidat de la Droite extrême fort de ses très gros scores dans les villages de l'Agglo lors du premier tour des Présidentielles.

Écrit par : Michel Garcia | 17/05/2012

bonjour les camarades

Sur les 34 ministres de l'équipe Ayrault, seuls neuf n'affronteront pas le suffrage universel en juin.
Sur les 34 ministres de l'équipe Ayrault, seuls neuf n'affronteront pas le suffrage universel en juin. (AFP LIONEL BONAVENTURE)

Jean-Marc Ayrault et 25 des membres de son gouvernement sont candidats aux élections législatives de juin, certains étant promis à des combats difficiles dans leur circonscription au vu du score qu'y a réalisé François Hollande au second tour de la présidentielle. L'enjeu est de taille puisque le Premier ministre a annoncé mercredi soir que les ministres qui seraient battus aux législatives ne pourraient "pas rester au gouvernement".

Sur les 34 ministres de l'équipe Ayrault, seuls neuf n'affronteront pas le suffrage universel en juin. Il s'agit des eurodéputés Vincent Peillon et Pascal Canfin, de la sénatrice Nicole Bricq, du député Arnaud Montebourg, qui ne se représente pas, du président du Conseil régional de Bretagne, Jean-Yves Le Drian, de la maire du IVe arrondissement de Paris, Dominique Bertinotti, de l'adjointe au maire de Paris, Yamina Benguigui, de Fleur Pellerin, ainsi que de Najat Vallaud-Belkacem. Celle-ci a renoncé jeudi à se présenter dans la 4e circonscription du Rhône, très ancrée à droite.

Ceux qui sont en lice pour les législatives se présentent dans des circonscriptions où M. Hollande a été partout majoritaire, mais parfois d'une très courte tête. Le score de la présidentielle n'est pas forcément transposable aux législatives, où l'équation personnelle des candidats, de gauche comme de droite, sortants ou non, joue pleinement dans chaque circonscription. Il faut tenir également compte des éventuelles dissidences locales et du taux de participation, traditionnellement plus bas qu'à la présidentielle.

Sur le papier, c'est Marie-Arlette Carlotti qui aura la tâche la plus rude face au député UMP sortant et ex-ministre Renaud Muselier dans la 5e des Bouches-du-Rhône, où M. Hollande a recueilli 50,22% des voix le 6 mai. La bataille s'annonce difficile aussi pour Sylvia Pinel, dans la 2e du Tarn-et-Garonne (50,86%), même si deux élus de droite y sont en concurrence.

Le combat sera dur également pour Pierre Moscovici (Doubs 4e, 51,27%), Marisol Touraine (Indre-et-Loire 3e, 51,79%), Jérôme Cahuzac (Lot-et-Garonne 3e, 51,82%), Aurélie Filippetti (Moselle 1e, 52,27%) et Stéphane Le Foll, à l'assaut de l'ancienne circonscription de François Fillon (Sarthe 4e, 52,63% pour Hollande). A l'inverse, d'autres devraient sans aucun mal conserver ou conquérir leur siège, à commencer par Cécile Duflot (Paris 6e), où M. Hollande a enregistré 71,27% des voix.

Même chose pour George Pau-Langevin (Paris 15e, 70,51%), Victorin Lurel (Guadeloupe 4e, 67,86%), Jean-Marc Ayrault (Loire-Atlantique 3e, 65%) et Laurent Fabius (Seine-Maritime 4e, 63,9%). frd/vdr/nm
bonne journée a bientôt

Écrit par : patrick | 18/05/2012

bonjour les camarades

Jean-Marc Ayrault et 25 des membres de son gouvernement sont candidats aux élections législatives de juin, certains étant promis à des combats difficiles dans leur circonscription au vu du score qu'y a réalisé François Hollande au second tour de la présidentielle. L'enjeu est de taille puisque le Premier ministre a annoncé mercredi soir que les ministres qui seraient battus aux législatives ne pourraient "pas rester au gouvernement".

Sur les 34 ministres de l'équipe Ayrault, seuls neuf n'affronteront pas le suffrage universel en juin. Il s'agit des eurodéputés Vincent Peillon et Pascal Canfin, de la sénatrice Nicole Bricq, du député Arnaud Montebourg, qui ne se représente pas, du président du Conseil régional de Bretagne, Jean-Yves Le Drian, de la maire du IVe arrondissement de Paris, Dominique Bertinotti, de l'adjointe au maire de Paris, Yamina Benguigui, de Fleur Pellerin, ainsi que de Najat Vallaud-Belkacem. Celle-ci a renoncé jeudi à se présenter dans la 4e circonscription du Rhône, très ancrée à droite.

Ceux qui sont en lice pour les législatives se présentent dans des circonscriptions où M. Hollande a été partout majoritaire, mais parfois d'une très courte tête. Le score de la présidentielle n'est pas forcément transposable aux législatives, où l'équation personnelle des candidats, de gauche comme de droite, sortants ou non, joue pleinement dans chaque circonscription. Il faut tenir également compte des éventuelles dissidences locales et du taux de participation, traditionnellement plus bas qu'à la présidentielle.

Sur le papier, c'est Marie-Arlette Carlotti qui aura la tâche la plus rude face au député UMP sortant et ex-ministre Renaud Muselier dans la 5e des Bouches-du-Rhône, où M. Hollande a recueilli 50,22% des voix le 6 mai. La bataille s'annonce difficile aussi pour Sylvia Pinel, dans la 2e du Tarn-et-Garonne (50,86%), même si deux élus de droite y sont en concurrence.

Le combat sera dur également pour Pierre Moscovici (Doubs 4e, 51,27%), Marisol Touraine (Indre-et-Loire 3e, 51,79%), Jérôme Cahuzac (Lot-et-Garonne 3e, 51,82%), Aurélie Filippetti (Moselle 1e, 52,27%) et Stéphane Le Foll, à l'assaut de l'ancienne circonscription de François Fillon (Sarthe 4e, 52,63% pour Hollande). A l'inverse, d'autres devraient sans aucun mal conserver ou conquérir leur siège, à commencer par Cécile Duflot (Paris 6e), où M. Hollande a enregistré 71,27% des voix.

Même chose pour George Pau-Langevin (Paris 15e, 70,51%), Victorin Lurel (Guadeloupe 4e, 67,86%), Jean-Marc Ayrault (Loire-Atlantique 3e, 65%) et Laurent Fabius (Seine-Maritime 4e, 63,9%). frd/vdr/nm
bonne journée a bientôt

Écrit par : patrick | 18/05/2012

et bien Karine je partage ton avis sur M Aubry
je ne vais pas verser une larme, le ps local déchiré, une candidate imposee, et j'en oublie, quelles ruines !!!! tout à rebatir
non M Aubry n'a pas l'etoffe d'un Prmier Ministre, elle n'avait pas l'étoffe d'un premier Secretaire

Écrit par : CLO | 18/05/2012

Mon Dieu que ça vole bas... Vivement le renouvellement à Béziers.

Écrit par : Martre irascible | 18/05/2012

Il faut remercier M Aubry qui a divisé le PS , imposé Dolores Roqué si les militants ps avaient pu voter, d Roqué n'aurait pas ete investie. la seule solution? faire voter les militants qui paient leur carte, qui s'investisent, non, la tutelle et Aubry, ont une fois de plus decidé de Paris. et bien Aboub, et le fn peuvent envisager leur victoire
bonne journée karine a bientot

Écrit par : patrick | 19/05/2012

Remerciez plutôt Navarro et sa bande de bras cassés, qui après une gestion calamiteuse de la fédé terminent leur carrière politique dans le caniveau.
En effet, je vous rappelle que c'est Bourquin en personne qui a négocié avec Fontanel l'investiture sans vote et qui a validé la candidature de Roqué, au détriment de Chevallier.

Écrit par : Louis | 23/05/2012

Les commentaires sont fermés.