Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/02/2012

Les contre-vérités de Raymond Couderc

la-vieille-poste-eventree_364878_510x255.jpg

Dans le Midi Libre du samedi 25 fevrier , Raymond Couderc multiplie les contre vérités. Ainsi , assène-t-il , le chantier « avance selon le calendrier initialement prévu » . Faux !

 

Le maire fait donc raser la Vieille Poste dans la précipitation et à un rythme d'enfer! C'est bien lui qui se plaignait il y a 48 heures que l'entreprise Buesa n'allait pas assez vite ! C'est bien lui qui a fait éventrer le bâtiment dans son centre pour créer l'irrémédiable ! C'est bien lui qui a ordonné à l'entreprise de continuer la démolition pendant le week end ! Pourquoi une telle rage destructrice ? Parce que le 28 février devait avoir lieu une audience au tribunal administratif concernant la suspension des travaux en attendant le jugement sur la validité de son permis de démolir.

 

Raymond Couderc déclare ensuite « je n'imagine pas que ce permis de démolir n'est pas valable ». Précédemment, il avait multiplié les rodomontades assurant que son précédent permis n' était pas caduc. Or les juges , sans hésitation, l'ont renvoyé dans les cordes. Si Monsieur Couderc était si sûr de son bon droit, il aurait respecté, comme tout maire digne de ce nom, les délais de recours..... Cela n'a pas été le cas. Il est plus simple pour lui de passer en force.

 

Enfin, en terme de « recomposition de l'espace » , on peut dire que le premier magistrat a tout faux.

Son fameux « forum » au nom si pompeux ne sera qu'une place minéralisée supplémentaire , à l'instar du Champs de Mars et de la place de la Madeleine ! Par contre, avec sa mirifique idée de déplacer les Halles sur la place Jean Jaurès , il détruira la perspective d'une des plus belles places de Béziers ! Et que fera-t-il des Halles actuelles qui sont fort heureusement classées et qu'il ne peut donc démolir ! Toutes les craintes sont permises ! Il n'y a qu'à voir d'ailleurs l'état de délabrement du centre ville avec ses magasins qui ferment inexorablement les uns après les autres.

 

Les Biterrois ne sont pas que des « roumégaïres », comme le dit M. Couderc avec mépris. Ils aiment leur ville et veulent en être fiers. Le maire actuel, droit dans ses bottes , leur laisse une cité dévastée, à l'image du champ de ruines qu'est devenu la Vieille Poste . Ils sauront s'en souvenir !

 

Les commentaires sont fermés.