Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/12/2010

Rein à vendre....

rein-82927.jpg

Trafic d'organes, ventes d'organes.....C'est dans les bidonvilles d'Afrique ou d'Inde que ce phénomène se produit.

Aujourd'hui, c'est aussi dans les pays riches que certains, désespérés, en arrivent à de telles extrémités: vendre une partie de soi ....

Ce qui est frappant dans cette enquête de l'Express, c'est que le point de départ se situe à Béziers et que celui qui en est le héros à son corps défendant est un commerçant au bord de la faillite. Ce n'est certainement pas un hasard.....

Etonnant que la presse locale ne se soit pas  fait écho de cet article!

 

"Béziers, à l'heure du déjeuner. La ville héraultaise est déserte, les magasins ont baissé leurs rideaux. Dans l'arrière-boutique de son épicerie, un homme d'une quarantaine d'années allume une cigarette en lisant son courrier électronique. Appelons-le Antoine, un prénom d'emprunt. Il est de petite taille, plutôt trapu, avec le crâne dégarni, une barbe de trois jours. Son regard ne quitte pas l'écran, et cette annonce qu'il a mise en ligne, il y a quelques mois: "Je suis commerçant et en grande difficulté de trésorerie. Pour éviter un dépôt de bilan, je mets en vente un rein." 

Antoine n'avance aucun prix, juste un numéro de téléphone. Depuis, son portable n'a sonné qu'une fois. Un Africain, semble-t-il, qui se prétendait médecin. "Il m'a dit : "Venez, ici, cela se fait dans de bonnes conditions et on a besoin de votre organe", raconte ce célibataire de 42 ans. J'ai refusé. Je n'irai jamais à l'étranger. Je n'accepterai pas une intervention ailleurs qu'en Europe." 

Je suis désespéré, je ne sais plus quoi faire 

L'idée lui est venue en regardant un reportage télévisé. Il n'en a parlé à personne. Sauf à une poignée d'amis, qui l'ont cru fou. "Je suis désespéré, lâche-t-il, je ne sais plus quoi faire." Son regard quitte enfin l'écran. "Vous voyez ce magasin? lance-t-il en montrant les rayons à moitié vides, les vitrines déjà grises. Bientôt, je vais tout fermer. Je dois de l'argent à mes amis et à la banque. Je ne plaisante pas en mettant un rein en vente. Si je trouve un médecin prêt à Rein_à_ajouter.pngm'opérer, je le ferai vraiment! 150 000 euros et mes problèmes seront résolus! Et puis, vous savez, on peut très bien vivre avec un seul rein..." D'où ces quatre lignes - gratuites - pour éviter la faillite, effacer l'échec. Et rebondir, peut-être..."

L'Express


Commentaires

La misère gagne tous les continents et chacun peut-être effrayer de voir son tour arriver.
Le constat est terrible et nos politiques planqués sur leur planète financière.

Écrit par : PLANET TAKA-YAKA | 14/12/2010

Les commentaires sont fermés.