Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/04/2010

Les tribulations d'une Chinoise en France

Quand Yuwei débarqua en  France , elle ne s'attendait pas à avoir une connaissance approfondie de la législation et des rouages de l'adminstration française . Elle était venue , comme des centaines de jeunes Chinois, pour apprendre le Français et poursuivre ses études.

Avec son visa étudiant, elle s'inscrit à la fac de Perpignan , paye 2000 € de frais d'inscription et fait une demande de carte de séjour étudiant. Mais les cours de Français Langue Etrangère étant dispensés à Narbonne, elle s'installe en colocation à Béziers. Et ce déménagement , c'est le grain de sable qui va enrayer le système.

La carte de séjour n'arrive pas car le courrier n'a pas suivi.

Entre temps, Yuwei  a réussi ses examens et s'est inscrite à l'antenne universitaire de Béziers. Pas de carte de séjour donc une inscription conditionnelle avec des frais de scolarité immédiats de 2000€ .

Yuwei , peu au fait de la législation française(il faut dire que les jeunes étudiants Chinois sont très peu encadrés pour ces problèmes divers ) se préoccupe alors du précieux sésame, multiplie les démarches.Et se heurte à une situation kafkaienne: n'ayant pas reçue sa carte de séjour, elle ne peut en avoir d'autre . On la balade de la prefecture des PO à celle de l'Hérault, de bureaux en bureaux, de courriers en courriers. Heureusement qu'elle maitrise parfaitement le Français!!

Aujourd'hui, pour clore le tout , elle vient de recevoir un courrier du prefet lui refusant tout titre de séjour et lui intimant de quitter le territoire faute de quoi, elle sera mise en centre de rétention puis expulsée!

L'histoire de Yuwei illlustre parfaitement la politique schyzophrénique du gouvernement français.D'un côté, de beaux discours dans lesquels on insiste sur l'importance du rayonnement de la France au travers de la francophonie, de l'accueil d'étudiants étrangers visant à la développer. De l'autre, des lois migratoires toujours plus restrictives qui amènent à considérer l'étranger comme une menace potentielle.

Pendant ce temps différents pays ,comme le Canada,rivalisent d'inventivité pour attirer les jeunes Chinois.

 

Commentaires

Plus on aura de Chinois (e)s qui parleront et aimeront le français, plus on aura d'échanges possibles (et bien sûr économiques et culturels). Mais Sarko doit penser qu'il est le seul capable de décrocher des contrats, avec Carla tralala.

Écrit par : la calmette | 01/05/2010

Les commentaires sont fermés.