Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2010

Trêve de balivernes

 

 

Il faut se pincer pour y croire !

Vendredi, Raymond Couderc annonce son programme économique : il promet 40 000 emplois dans le Languedoc Roussillon et même une rallonge sur les salaires de 200 € !

 

Qu’attend donc Nicolas Sarkozy pour le nommer ministre du Travail et des Affaires Sociales ?

 

40000 emplois sur une seule région, ramenés à l’échelle nationale, cela fait près d’un million d’emplois créés en France ! Quant au « travailler plus pour gagner plus », ce n’est plus d’actualité puisque Raymond Couderc promet une hausse du pouvoir d’achat de 200 € par salarié !

 

Réveillons-nous ! La réalité est tout autre.

Béziers, la ville dont Raymond Couderc est maire depuis 15 ans détient le ruban bleu du chômage avec ses 15 % de chômeurs ! Et même, son bassin d’emploi est classé comme étant le 6° le plus sinistré de France ! Et qu’a donc fait Raymond Couderc pendant les 18 ans où il a gouverné la Région avec Jacques Blanc ?

 

Alors, Monsieur Couderc, assez de démagogie, et comme le dit Georges Frêche, trêve de balivernes !

 

 

26/02/2010

Lettre ouverte aux Socialistes

 

Le Bureau National a donc décidé de nous exclure!

Cette décision est inique


Inique car nos candidatures ont respecté toutes les procédures en vigueur au sein du PS : vote des militants les 1 Octobre et 3 décembre 2009, ratification des listes à la Convention de Tours.


Inique car le Bureau National qui nous exclut aujourd'hui «  au nom des statuts » n'a pas respecté ces mêmes statuts puisqu'il n'a pas le pouvoir de ratifier des candidatures et donc d'investir de son propre chef la liste du maire de Montpellier (art 7-13)


Inique car dans un Parti, il ne peut y avoir 2 poids ,2 mesures.

En 2005, les « camarades « Fabius et Bartolone ont fait campagne publique pour le Non au référendum , alors que le PS, au terme d'un référendum interne, avait fait le choix du Oui. Ont-ils été exclus pour manquement à la discipline?

En Juillet 2008, le « camarade «  Lang vote au Parlement réuni en Congrès la ratification de la réforme constitutionnelle voulue par Sarkozy, jetant aux orties la décision du PS de voter contre. A-t-il été exclu ?

En Septembre 2008, pour les élections sénatoriales , les « camarades » Tropéano, Lazerge, Bihac et Rigaut se présentent contre la liste investie par le Parti Socialiste. Ont-ils été exclu alors qu'ils ont offert 2 siègesà la droite ?


Aujourd'hui, j'ai mal à mon Parti.

Un Parti qui depuis le congrès de Reims se replie sur lui même et n'est plus que luttes de clans pour le contrôle et la maitrise de l'appareil.

Un Parti qui, alors que la droite est au plus bas, est incapable de proposer à nos concitoyens quelque alternative que ce soit hormis des querelles d'égo mortifères.


Etre socialiste, c'es ne pas supporter les injustices, de quelque nature que ce soit, d'où qu'elles viennent.

Etre socialiste, c'est combattre l'injustice.

C'est pourquoi, militante depuis 1980, je récuse cette décision.


Karine Chevalier, Secrétaire Fédérale, Candidate sur la liste « Tous pour le Languedoc Roussillon avec Georges Frêche «

22/02/2010

Après le off, le in

 

 

21/02/2010

Le off

 

 

19/02/2010

Meeting de Béziers

 

 

meetingbeziers.jpeg

Ils étaient sur ses terres, alors ils n'allaient pas se gêner... Hier soir au palais des congrès, les candidats de la liste Frêche aux régionales se sont livrés à une véritable attaque en règle contre le maire de Béziers et candidat UMP à ces mêmes régionales, Raymond Couderc.
Chacun à leur façon. Jean-Claude Gayssot comique, Agnès Jullian stressée, Claude Zemmour brouillon, Karine Chevalier appliquée, et la verve de Robert Navarro pour la fin. Les candidats s'étaient répartis les rôles, pour ne rien oublier. Mais en substance, le sillon était plutôt clair : stigmatiser le passé de Couderc à la Région et son présent à Béziers.
« Victor Hugo doit se retourner dans sa tombe, lui qui disait que quand on ouvre une école, on ferme une prison... On fait l'inverse à Béziers », lança

Karine Chevalier, allusion au projet de lycée un temps envisagé du côté d'un Gasquinoy qui accueille finalement le centre pénitentiaire... Avec un lycée parti vers des horizons sérignanais. « Le maire a fait en sorte que le lycée public ne soit pas construit dans sa ville, parce qu'il a un projet de lycée privé sur la Zac de Fonséranes. Après il peut dire que la Région ne fait rien pour Béziers. » Claude Zemmour s'en prenait aussi au maire d'« une ville sale, mal signalée et dangereuse » : « Vous ne pouvez pas revendiquer d'être président de Région quand vous ne savez pas ce que vous devez faire dans votre ville ».
Agnès Jullian évoqua « un plan de développement autour du tourisme » : « Nous sommes la cinquième région du monde en termes de potentiel touristique. Il y a une carte à jouer, pour que le cliché Cap d'Agde et Feria ne reste pas la seule référence. Contrairement à ce que veut nous faire croire Raymond Couderc, il n'y a pas que la Feria de Béziers ! ».
Elle parla aussi éducation : « Nous avons été la première région à proposer la gratuité des livres. Nous sommes la première à proposer la gratuité des ordinateurs ».
Jean-Claude Gayssot réjouit quant à lui, le verbe haut, les 300 personnes présentes. « On nous parle d'honneur, on dit qu'il vaut mieux perdre la Région que l'honneur et l'âme en faisant élire Georges Frêche. Mais notre honneur et notre âme, nous les avons gagnés en battant Blanc, Couderc et l'alliance avec Le Pen ! ».
L'ancien candidat aux municipales biterroises s'en prit au bilan local de celui qui lui dama le pion : « Frêche voit toujoursgrand, Couderc il voit toujours petit. Quand je pense à ce qu'était Béziers il y a 50 ans ! On était comparable avec Montpellier. On se moquait d'eux parce qu'ils parlaient pointu. Franchement, il ne faut pas mettre cet homme-là à la tête de la Ré gion. » Robert Navarro, vice-président de la Région et sénateur, tira quant à lui un bilan régional et des perspectives, en expliquant qu'après avoir beaucoup investi pour les lycées, la Région, si Frêche était élu, allait penser emploi et tourisme. « Des milliers d'emplois pour vos enfants ! », a-t-il lancé à l'assistance. S'il le dit ...



Arnaud BOUCOMONT dans Midi Libre

08/02/2010

Karine Chevalier se paye Vezinhet et Fabius


Odie-coup de pied au cul.JPG



Karine Chevalier se paye Vezinhet et Fabius La Biterroise Karine Chevalier, quatrième sur la liste héraultaise de Frêche aux Régionales, ne décolère pas. Contre ceux qui, au Parti socialiste, travaillent à dégommer Frêche depuis des lustres. A commencer par un certain André Vezinhet, le président du Conseil général, que Karine Chevalier ne peut pas voir en peinture... Lui qui « avait invité les grands électeurs à manger entre midi et deux en appelant à me battre le jour des sénatoriales de 2007 ». Et qui avait soutenu la liste emmenée par Robert Tropéano face à elle, pour ces mêmes sénatoriales l'année d'après. Voilà les traîtres, désigne Chevalier. Elle pense aussi à un autre, un mec « pas fiable », qui avait fait campagne pour le non au référendum européen de 2005 quand le
PS appelait à voter oui. Son nom ? Laurent Fabius.

Midi Libre