Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/04/2009

Inauguration sous la pluie!



DSCN1290.JPG



DSCN1311.JPG


DSCN1312.JPG


DSCN1315.JPG

Le Parlement Européen maillon fort des institutions

Les élections européennes suscitent l'indifférence. Depuis 1978, année de la première élection des députés au suffrage universel, l'abstention est importante. Et il semblerait, au vu des premiers sondages , que 2009 ne déroge pas à la règle, voire soit même pire ...

Si ,à sa création, le Parlement Européen était « le maillon faible » des institutions puisqu'il avait essentiellement un rôle consultatif, son rôle s'est renforcé au fil des traités .Ses pouvoirs sont conséquents et le seront encore plus quand le traité de Lisbonne sera mis en application.

Le Parlement Européen vote le budget, ce qui est l'acte le plus important dans une organisation démocratique. Et nous ,les socialistes, nous voulons que ce budget qui est très faible (limité à 1% du PIB, 15 fois moins important que le budget fédéral des USA) soit renforcé pour lutter efficacement contre la crise et pour financer de grandes infrastructures.

Le Parlement Européen élit le président de la Commission Européenne sur proposition du Conseil Européen. Et nous savons à quel point le choix de la personnalité qui occupe cette fonction est important. Il n'y a qu'à voir l'action d'un Jacques Delors en comparaison de celle de Barroso... Là aussi, les socialistes et les sociaux démocrates, s'ils sont majoritaires, ont un candidat , Poul Rasmusssen..

Enfin, dans des domaines qui seront de plus en plus nombreux, le Parlement Européen a un pouvoir de co-décision. En juin 2008, sous la présidence tournante française, Xavier Bertrand, alors ministre du Travail, propose et fait voter par le Conseil des Ministres de l'Union un texte relevant la limite hebdomadaire du temps de travail à 60 heures, autant dire un retour allègre vers le XIX° siècle. Les députés européens , en décembre 2008, se sont prononcés majoritairement contre et ont retoqué ce texte.

Nous devons donc nous mobiliser pour que ces élections soient un succès. Manifester, c'est bien ; donner un débouché politique à nos aspirations, changer les orientations de l' Europe par notre bulletin de vote ,lui donner un nouveau sens, c'est mieux. . Pour cela, le 7 juin, nous devons envoyer une majorité de députés socialistes au Parlement Européen.

parlement_europeen_.jpg











23/04/2009

Coup d'encensoir sur la laïcité

encensoir.jpg
Bernard Kouchner (l'homme qui trouve qu'une conférence contre le racisme est un succès alors qu'un adepte de Mein Kampf vomit son antisémitisme à la tribune ) vient de donner un sacré coup d'encensoir à la laïcité.

On savait déjà que son mentor avait des conceptions très particulières , affublant la laïcité de l'adjectif " positif" (comme si elle pouvait être négative!) ou affirmant que le curé est bien meilleur que l'instituteur pour transmettre des valeurs.... Désormais, la « laïcité positive «  entre dans les textes , mais en catimini.
Depuis le 19 avril, l'Université n'a plus le monopole de la distribution des diplomes. Grâce à « notre ami » Kouchner, qui s'est rendu au Vatican pour finaliser la chose, les Universités catholiques sont habilitées à délivrer des diplômes d'Etat comme licences, masters ou autres....

Il est étonnant que ce décret , qui fait vaciller bon nombre de principes et qui est la concrétisation des discours présidentiels, ait suscité si peu d'intérêt, en particulier dans la presse. Seul le Canard Enchainé s'en est fait l'écho!

22/04/2009

donner un nouveau sens à l'Europe

traite_rome.1237940029.jpgLe rêve européen, c'est la paix et la prospérité. Le 9 Mai 1950, Robert Schuman donne le coup d'envoi de l'aventure européenne « L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait. Le rassemblement des nations européennes exige que l’opposition séculaire de la France et de l’Allemagne soit éliminée  »
Le traité de Rome en 1957 ajoute à l'objectif de la paix celui de la prospérité: « La communauté a pour mission par l’établissement d’un marché commun de promouvoir (…) un relèvement accéléré du niveau de vie et des relations plus étroites entre les états qu’elle réunit. »

Ces 2 objectifs ont été largement réalisés.
Nous sommes les premières générations à ne pas avoir vécu sur notre sol, dans notre chair , la guerre, alors que de la guerre de 30 ans au XVII°siècle aux deux guerres mondiales en passant par les guerres napoléoniennes, l'Europe a toujours été en proie à ce fléau.
Les pays européens sont prospères, même si tout n'est pas parfait et bien que la crise actuelle nous touche de plein fouet. Leur IDH (Indice de Développement Humain ) est élevé. Nombreux sont ceux qui tentent, au péril de leur vie, de s'installer sur notre continent pour bénéficier de ces richesses.
Pourtant, l'aventure européenne ne fait plus rêver bon nombre de nos concitoyens et c'est même le doute , le scepticisme qui s'installent. Doute dans l'organisation de la construction européenne, dans le fonctionnement des institutions, dans la finalité de l'Europe.
Ces doutes, ce scepticisme, voire cette défiance se sont exprimés à travers le rejet de la constitution.

Or pourquoi de tels doutes? Pourquoi une telle incompréhension?
Essentiellement parce que les gouvernements, quels qu'ils soient, ne veulent pas assumer les choix politiques qu'ils ont faits au Conseil Européen ,.se sont toujours défaussés.... Tout ce qui est impopulaire, c'est « la faute de l'Europe », des « technocrates de Bruxelles », bref d'une Europe conçue comme un «  deus-ex-machina » sur lequel on n'a aucune prise!
Pourtant, c'est le Conseil Européen rassemblant les chefs d'état et chefs de gouvernement des pays de l'UE qui est à l'origine des choix politiques, la Commission préparant ses travaux et mettant en application les décisions prises. Dernier exemple en date de cette schizophrénie politique: il y a quelques semaines, Michel Barnier, ministre de l'agriculture, vote en faveur d' un texte sur les « nouvelles pratiques oenologiques » permettant de donner l'appellation « rosé » aux mélanges de vins rouges et blancs. Face au tollé provoqué par cette décision, Michel Barnier, candidat UMP, a oublié son vote et accuse l'Europe de vouloir (par on ne sait quel miracle et avec on ne sait quelle légitimité!) imposer cette mesure....

D'autre part, en matière de développement économique des territoires, l'action de l'UE n'est pas réellement perceptible . C'est l'Etat qui distribue les subventions européennes par l'intermédiaire des préfets. Nul panneau pour indiquer que l'UE a participé au financement de tel ou tel projet. Donc une action invisible pour le citoyen.

Enfin, depuis 5 ans, l'ensemble des choix faits sont d'inspiration néo-libérale et nous inquiètent fortement. En effet ,l'ensemble des institutions européennes sont dirigées par la droite:
un Conseil Européen composé d'une majorité de gouvernements de droite
une Commission Européenne qui est l'émanation de ces gouvernements
un Parlement Européen élu en 2004 avec une majorité de droite.

Par conséquent, dans un tel contexte, les élections au Parlement Européen le 7 Juin constituent un enjeu essentiel car désigner une majorité de députés socialistes nous permettra de changer la donne et de définir de nouvelles orientations pour l'Europe. Nous sommes d'ailleurs la seule force politique à avoir élaboré un programme commun européen , le Manifesto. Nous voulons relancer l'économie en faisant un grand plan de relance européen; nous voulons une nouvelle croissance , verte et durable, et pour cela mettre l'Europe en tête de la luttte contre le réchauffemement climatique; nous voulons faire progresser la justice dans la nouvelle Europe sociale. Bref, nous voulons transformer l'Europe, lui donner un nouveau sens . Et cela peut devenir possible le 7 juin


18/04/2009

La mémoire salie de Roger Salengro (suite)

affiche-marine-salengro-1.gif Non seulement le Front National salit la mémoire de Roger Salengro mais encore il falsifie l'Histoire. Le Pen prétend que Roger Salengro voterait Front National car il aurait institué une loi instaurant la préférence nationale. C'est faux. Cette loi n'existe que dans son imagination . Et gràce à une curieux traitement de l'Histoire

→ En 1931, les socialistes déposent une proposition de loi qui veut limiter l'entrée des étrangers .En effet, à cette époque, les socialistes pensent l'immigration comme un moyen pour le patronat de faire baisser le coût de la main d'oeuvre puisque ouvriers français et ouvriers étrangers n'ont pas les mêmes droits. Aussi, leur proposition de loi prévoit d'obliger les patrons à payer des salaires identiques aux ouvriers français et étrangers avec fortes amendes à la clé:« Un salaire normal égal pour chaque profession, et dans chaque profession pour chaque catégorie d’ouvriers au taux couramment appliqué dans la ville ou la région où le travail est exécuté. » art.7.
Il comprend aussi une disposition révolutionnaire à cette époque: indemniser le chômage de la même manière. « Les travailleurs étrangers admis à travailler en France percevront les secours du chômage dans les mêmes conditions que les travailleurs français » art. 9.

Cette proposition de loi est combattue par la droite et l'extrème droite car trop favorable aux étrangers .Elle ne sera pas adoptée. On est loin de la « préférence nationale » prônée par le Front national!

→ En 1932, le gouvernement Herriot (radical) propose une autre loi limitant l'entrée des travailleurs étrangers mais là, il n'est pas question de prévoir d'égalité de traitement entre ouvriers français et étrangers. Les députés de la SFIO , dont Roger Salengro, votent contre cette loi qui sera adoptée malgrè eux.

.Affiche_du_FN_scandaleuse_s.jpg


Voici l'affiche que devrait utiliser le FN pour ne pas gruger ses électeurs

17/04/2009

La mémoire salie de Roger Salengro

Le 22 Novembre 1936, une foule immense, silencieuse, se presse devant l'Hôtel de ville de Lille pour rendre un ultime hommage au maire socialiste de la ville ,Roger Salengro.

Roger Salengro , sali dans son honneur , s'était donné la mort quelques jours plus tôt.

Ministre de l'Intérieur du Front Populaire,socialiste, il était poursuivi par la vindicte de l'extrème droite parce qu'il avait fait voter la loi sur la dissolution des ligues.salengrocyclistes41936b.jpg
Et l'extrème droite s'en était donné à coeur joie dans ses journaux, "l'Action Française " et "Gringoire " en particulier, l'accusant à longueur de colonnes d'avoir déserté pendant la Grande Guerre.

Roger Salengro ne supporta pas d'être ainsi sali, lui qui avait été un soldat exemplaire . Combattant en Artois puis en Champage, il est fait prisonnier le 17 octobre 1915 par les Allemands alors qu'il était dans leurs lignes, cherchant à secourir son ami, le sergent Denailly. Il est enfermé dans un camp de prisonniers en Allemagne. En avril 1916 , désigné pour faire partie d’un convoi de 40 prisonniers français pour aller travailler dans une usine de matériel de guerre,il organise le refus : "Je préfère être fusillé que travailler contre mon pays" .Pour cela, il est condamné par un conseil de guerre allemand à être interné dans le camp disciplinaire de Kottbus. Il en ressort en 1918 , pesant 40 kg...

Aujourd'hui, c'est la mémoire de Roger Salengro qui est salie.

L'extrème droite, qui, en son temps , a provoqué sa mort par l'infamie , affiche dans sa région, dans sa ville , son portrait en prétendant qu'il Blumfrontpop36.jpgvoterait pour le Front National. Lui, l'homme de gauche, socialiste de toujours, artisan des accords de Matignon qui créent , entre autres, les congés payés, lui qui était imprégné des valeurs républicaines d'égalité, de solidarité, lui qui a combattu les ligues d'extrème droite en faisant voter leur dissolution ...

Cette affiche du FN n'est pas un cas isolé: dans notre région, c'est Jean Jaurès, natif de Castres, député de Carmaux qui est placardé. Cela correspond à une stratégie d'ensemble destinée à brouiller les repères. Cela avait si bien réussi à Sarkozy en 2007 qui citait à longueur de discours les noms de Jaurès, Léon Blum...

Il est vrai que le Front National n'en est pas à son coup d'essai. Son nom même en est l'illustration puisque ce parti s'est approprié, à sa fondation,le nom d'un réseau de résistants,"Front National". Mais ce n'est peut-être qu'un détail....

front national.jpg

09/04/2009

Humour?Vous avez dit humour?



Après le discours de Sarkozy à Dakar qui véhiculait les pires clichés sur "l'homme africain", "pas enocre entré dans l'Histoire" car répétant inlassablement les mêmes gestes, voici le discours d'un membre de l'UMP qui ,d'après ses compagnons ,est plein d'humour. Encore un poncif bien raciste: une femme en boubou ne peut-être qu'une femme de ménage. Bravo la beaufitude!

08/04/2009

Réponse à Raymond Couderc

Suite aux propos tenus par Raymond Couderc à mon égard en Conseil Municipal et rapportés par Midi Libre, voici le courrier que j'ai envoyé à ce quotidien

"J’ai été très surprise, à la lecture de votre édition du 1 Avril, de me voir, moi, simple citoyenne, prise à partie par le Maire de Béziers en pleine séance du Conseil Municipal pour une lettre que j’avais envoyée au courrier des lecteurs de votre journal .Il ne s’agissait pourtant pas d’un poisson d’avril !!
Aurais-je été « ignare » de me fonder sur des chiffres parus « dans un grand quotidien régional » (le vôtre), et qui n’ont pas été démentis par M. Couderc ? Lui qui, sans vergogne, 14 ans après, nous refait le coup de l’héritage !
Il aurait été le sauveur de Béziers, l’endormie, après 6 ans d’endettement de la municipalité d’Alain Barrau !
M.Couderc a la mémoire courte. Ancien Adjoint de la municipalité de Georges Fontès, il ne pouvait ignorer que lorsqu’Alain Barrau a été élu en 1989, il avait été confronté à l’énorme endettement que lui avait laissé son prédécesseur pour la construction du pont d’Occitanie et du stade de la Méditerranée !
Cela dit, je suis consternée par l’attitude inqualifiable- pour ne pas dire grossière- de M. Couderc qui tente d’éluder un débat concernant l’ensemble des Biterrois en s’en prenant en séance publique à quelqu’un qui n’est pas élu et ne peut lui répondre, et en tenant des propos injurieux à son égard.
Le Maire de Béziers, qui vient de créer l’impôt agglo, perdrait-il son sang-froid lorsqu’on lui chatouille son tendon d’Achille ? On peut comprendre son énervement après les propos de J.F. Corbières, adjoint chargé de l’exécution budgétaire,qui, évoquant un endettement élevé, a déclaré que la Ville devait retrouver «  des zones plus fréquentables d’ici 3 ans » !"

04/04/2009

La lettre qui énerve Couderc

Voici la lettre publiée au courrier des lecteurs de Midi Libre qui a tant énervé Couderc qu'il en a perdu son sang froid...

"Vous avez publié la semaine dernière une série d'articles sur les villes de la région 1 an après les municipales.Ce qui m'a semblé particulièrement interessant et instructif ,c'est que vous avez mis en regard de chaque ville un certain nombre de données chiffrées- que ce soit sur les résultats électoraux, la richesse des ménages, les budgets, la dette- qui permettent de faire des comparaisons objectives. Ce que je me suis amusé à faire en ce qui concerne Béziers et Montpellier car le maire de Béziers ne cesse de dire à longueur de discours que Béziers est en concurrence avec Montpellier.
Et là, les résultats sont pour le moins surprenants.

En effet, en terme de richesse des ménages, les deux villes sont quasiment à égalité ( environ 13 000 € en moyenne par ménage) .

Pour ce qui est de l'endettement, la palme revient indiscutablement à Béziers. Pour chaque Biterrois, la dette est de 1605 € alors qu'elle n'est que de 170 € par Montpelliérain.

En terme d'attractivité, l'avantage est indéniablement à Montpellier .Près de 50 000 personnes sont venues s'y installer au cours des 15 dernières années soit une hausse de 21 % alors que la population de Béziers n'a augmenté que de 1,75 % dans la même période. Et même, si l'on compare avec les autres villes de la région, Béziers fait même moins bien que Carcassonne en croissance démographique alors qu'elle bénéficie de la littoralisation.

Vous aviez intitulé votre article « le réveil de l'endormie ». L'endormie dort encore à poings fermés et ce ne sont pas les beaux discours du maire , déconnectés de la réalité statistique, qui l'ont réveillée."

01/04/2009

Endettement : la charge de Couderc contre Chevalier




Raymond Couderc avait commencé fort, avant-hier soir en conseil municipal, à l'heure de discourir sur le compte administratif 2008 de la commune. Jean-François Corbière, adjoint chargé de l'exécution budgétaire, avait évoqué un endettement assez haut, la Ville devant retrouver « des zones plus fréquentables d'ici trois ans ».

Raymond Couderc a profité de la présentation pour régler quelques comptes : « Une lectrice ignare d'un grand quotidien régional (Ndlr : c'est nous...) a comparé de façon imbécile (Ndlr : c'est elle...) la dette de Montpellier et de Béziers sans savoir qu'à Montpellier la commune a refilé toutes les compétences avec des grosses dettes à l'Agglo. » Couderc ne l'a pas nommée, et seuls les lecteurs très attentifs de Midi Libre auront pu identifier... Karine Chevalier, socialiste biterroise et ancienne adversaire de Raymond Couderc aux sénatoriales.
C'est effectivement dans le courrier des lecteurs que Karine Chevalier avait livré son point de vue. Arrivée un peu plus tard au conseil municipal dans les rangs du public, la socialiste « ignare » n'a pas entendu la charge du maire. Lequel s'en est aussi pris à la gestion communale d'avant 1995 et son arrivée aux commandes : « En 1993, 1994 et 1995, on avait appuyé trop fort sur la pédale de l'investissement sans prendre suffisamment de précautions. Le ratio de solvabilité avait dépassé 21. On est à 9,5 aujourd'hui, ce qui est tout à fait raisonnable.
» S'il était à 5 il y a peu, l'aggravation de l'endettement est maîtrisée
, a insisté Raymond Couderc : « Il fallait utiliser cette bonne santé vertueuse pour faire des investissements. » Une version contestée par le communiste Aimé Couquet qui estime que « l'endettement de 1828 € par habitant à Béziers est très important, ce n'est pas une paille dans une période comme celle-là ».
Arnaud Boucomont, Midi Libre