Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/02/2009

A front renversé ou comment s'attaquer aux libertés publiques sans en avoir l'air!

Au cours de ces derniers mois, les réformes attentatoires aux libertés publiques, présentées comme des avancées démocratiques, se sont multipliées .

En janvier 2008, Sarkozy décide la suppression de la pub sur les chaines publiques. Qui ne peut s'en réjouir? Finis ces longs tunnels publicitaires abrutissants! Finie la course à l'audimat qui implique des programmes plus débilitants les uns que les autres!On était en droit d'attendre un renouveau de l'audiovisuel public . Or c'est exactement l'inverse qui s'est produit!Le gouvernement ne voulut ni financement pérenne ni augmentation de la redevance - pour garantir l'indépendance des chaines- et surtout il donna au chef de l'Etat le droit de nommer et révoquer leurs PDG si tel est son plaisir!television1.gif
Bilan de l'opération: un audiovisuel à la botte. Les chaines privées appartiennent aux proches de Sarkozy qui vient de leur offrir une nouvelle manne publicitaire.Et quel PDG de France Télévision serait assez fou pour aller à l'encontre de celui qui le nomme et le défait? L'épisode cocasse de la suppression de la pub mise en place par De Carolis avant le vote de la loi en est la parfaite illustration !

Il est aussi le reflet de la conception sarkozyste du rôle du Parlement: une chambre d'enregistrement de ses désiderata et non un lieu d'élaboration de la loi . Là aussi, les intentions affichées étaient alléchantes.
En arrivant au pouvoir, Sarkozy clamait à qui voulait l'entendre qu'il fallait réviser la constitution pour revaloriser le rôle du Parlement ,facade-palais-bourbon.jpg et accesssoirement lui permettre d'y discourir. Aussitôt dit, aussitôt fait: la commission Balladur fut constituée et fut priée de faire des propositions .L'accouchement aux forceps se fit un certain 21 juillet, et à 1 voix de majorité , la constitution fut révisée.... Mais une fois de plus, le diable se cache dans les détails. Et c'est ainsi qu'au détour d'une loi organique sur l'organisation du travail parlementaire, l'imposture apparait. Droit d'amendement des parlementaires et temps de discussion des lois sont limités . L'opposition ne pourra plus éclairer l'opinion comme elle l'a fait dans le débat sur l'audiovisuel ....Mais il paraît que cette loi était nécessaire « pour mettre fin à la pagaille ».

Enfin, autre domaine ,même processus: la suppression du juge d'instruction annoncée début janvier. Là aussi, le sujet est sensible .juge.jpg Le juge d'instruction , créé par Napoléon, qualifié «  d'homme le plus puissant de France », est une particularité de notre système judiciaire. L'affaire d'Outreaux a montré à quel point il était nécessaire de réformer le système et André Vallini avait fait des propositions en ce sens, qui avaient été unanimement saluées. Sarkozy joue donc sur du velours.
Mais ce qu'il veut, c'est confier le soin au parquet de mener l'enquête . Or le parquet est entièrement lié au pouvoir exécutif dont il reçoit les instructions .En Italie, c'est le parquet qui dirige les enquêtes mais il est complêtement indépendant du pouvoir exécutif: c'est pour cela qu'a pu avoir lieu l'opération « mains propres »; c'est pour cela aussi que Berlusconi multiplie les lois d'amnistie. En France, avec un tel système, ce ne sera pas la peine. Les amis du Président pourront dormir sur leurs deux oreillesUn audiovisuel à la botte, un parlement muselé, une justice sous contrôle: voici comment Sarkozy conçoit la liberté .Et comment, en prenant l'opinion à front renversé, il la trompe. Voici aussi comment l'hypertrophie du pouvoir exécutif, qui au début du quinquennat ne semblait être qu'une posture est désormais entrée dans les textes.... Voici comment, sans en avoir l'air, on porte atteinte aux libertés publiques

liberte-parole.jpg


Les commentaires sont fermés.