Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/02/2009

L'arme fatale

Nicolas Sarkozy a dévoilé sa recette miracle contre la crise: supprimer la Taxe Professionnelle , censée bloquer les délocalisations d'entreprises et préserver l'emploi.
Il a ainsi dégainé l'arme fatale pour les collectivités territoriales. Communes, départements, régions, tirent une grande partie de leurs ressources de la taxe professionnelle acquittée par les entreprises. Quant aux agglos, comme celle de Béziers Méditerranée, leurs fonds propres proviennent quasi exclusivement de cette TPU.
Or face à cette annonce, quelle est la réaction de M.Couderc, président de la CABEME, maire de Béziers et de surcroît sénateur? Il est satisfait des annonces présidentielles. Seules les modalités méritent son attention...
Ces dernières années, les transferts de compétence se sont multipliés , sans que l'Etat ne compense financièrement ces nouvelles charges dans leur intégralité. Les collectivités territoriales financent plus de 70 % des investissements publics, grâce auxquels bon nombre d'entreprises vivent....
Comment donc pourront-elles assurer leurs missions avec des ressources moindres si ce n'est en augmentant les impôts locaux pour les contribuables puisqu'il faut épargner les entreprises?
Mais cela ne fait visiblement pas peur à Raymond Couderc, président de la Cabeme, qui vient de faire voter par sa majorité un nouvel impôt agglo de 115 € en moyenne pour chaque Biterrois car la taxe professionnelle s'avère insuffisante pour financer ses réalisations de prestige.
Combien les contribuables de l'agglomération Béziers Méditerranée devront-ils payer en plus pour financer les 28 millions d'€ que ne verseront plus les entreprises?

Commentaires

La supression de la taxe professionnelle serait un coup trés dur porté aux collectivités locales qui sont mises à contribution pour financer l'investissement
Cette décision est un mauvais coup porté aux collectivités territoriales. Soit cette taxe n’est pas remplacée, auquel cas les collectivités n’auront d’autre option que de reporter sur les ménages la fiscalité qu’elles ne prélèvent plus sur les entreprises, or on connait tout l’archaïsme de la taxe d’habitation. Soit l’Etat compense aux collectivités par une dotation, en creusant son propre déficit, et c’est à nouveau une limitation de l’autonomie fiscale des collectivités.

En fait, cette mesure vise à légitimer la prochaine réforme de l’organisation territoriale de la République pour mettre au pas les collectivités. Celles-ci sont désormais les boucs émissaires de l’incapacité de l’Etat à se réformer et à agir réellement sur les déficits publics.

Écrit par : ponce | 11/02/2009

Les commentaires sont fermés.