Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/10/2008

On ne badine pas avec la sécurité.

Dernièrement, l'ensemble des collèges de l'Hérault ont reçu un courrier du président du Conseil Général qui, en tant que propriétaire des locaux, interdisait l'utilisation de machines dangereuses par les élèves.
Jusque là, tout va bien.
Mais là où l'affaire devient cocasse, c'est lorsqu'il s'agit de définir ce qu'est une machine dangereuse. En l'occurrence, il s'agit de toute machine qui n'est pas mue par l'énergie humaine; Ainsi, l'aspirateur utilisé par les élèves de SEGPA en atelier NAP devient un redoutable engin. De même, l'ordinateur cache des dangers insoupçonnés puisqu'il est branché sur du 220 Volts....
Cette missive illustre bien une des dérives de notre société. A force de judiciarisation excessive, on ouvre de plus en plus grand les parapluies, quitte à sombrer dans l'absurde.

Commentaires

ce n'est pas la faute du conseil général, c'est une directive ministèrielle qui pose la question de l'utilisation directe par les élèves des machines dangereuses des ateliers SEGPA...que faire alors? Sans doute réfléchir à l'accès aux nouvelles technologies avec des applications concrètes...mais cette mesure pose des questions sur le terrain!
le secrétaire académique "enseignement professionnel" du SE-UNSA Versailles ;-)

Écrit par : nicolas | 04/10/2008

Les commentaires sont fermés.